SAUVEGARDE du PATRIMOINE CULTUREL, SOCIAL, ARCHITECTURAL des MAISONS EN BOIS

Sauvegarde du Patrimoine Culturel, Social et Architectural des Maisons en Bois de Cuba

Sauvegarde du Patrimoine Culturel, Social et Architectural des Maisons en Bois de Cuba

Faire un don, soutenez camaha

Archives

Maison de la Station Cristina - Projet Imprimer Envoyer

Calle Ferrer No. 22 entre Calzada de Cristina y Linea del Ferrocarril, Havana Vieja

Description

L'origine de la construction date des principes du XXe siècle et elle est associée au développement ferroviaire dans le pays, spécifiquement à l'Entreprise Chemin de fer de l'Ouest, qui unissait la ville de la Havane avec la Pinède de Rio et qui a été inauguré en 1861 ayant pour station principale celle de Cristina*. On estime que l’œuvre s'est terminée en 1903 et a fait partie d'un projet de réparation et de modernisation de la station ancienne du XIXe siècle qui incluait la construction de la grille périmétrale, un édifice destiné à servir de remise et de dépôt de charbon, ainsi que l'emplacement de nouvelles carrières et l'agrandissement de l'atelier des machines.

L'immeuble a été originellement conçu comme centre d'opération de la Station, là, résidait le Chef de la Station, l'Opérateur de mouvement et l'employé 428, chargé d'expédier les ordres de route. Son emplacement adjacent aux lignes du chemin de fer lui permettait une visibilité absolue vers le mouvement des trains. Elle a fonctionné de cette façon jusqu'à la décennie 70, quand on a décidé de déplacer cette fonction à d'autres installations plus modernes.

Elle est restée fermer à l'époque pendant plusieurs années, jusqu'à ce qu'elle soit utilisée comme local de réunion et siège du Syndicat des travailleurs de l'Entreprise de Locomotives de Cuba.

En 2000, cette entreprise a décidé d'octroyer l'immeuble à l'un de ses employés, M. Daniel Brunet Hastings, qui réside là avec son épouse et ses enfants. Brunet travaille actuellement comme machiniste du Train No. 1 de la route la Havane-Santiago, et comme beaucoup d'habitants de la zone, il a une histoire très liée au chemin de fer. Un fils de travailleur ferroviaire, depuis qu'il était tout petit, il visitait les installations de la Station Cristina ainsi que la maison dont il est aujourd'hui propriétaire.

La construction est un exemplaire unique, à l'intérieur l'ensemble architectonique y est conforme au patrimoine de la Vieille Havane. Elle est complètement construite en bois sur deux niveaux, avec un étage carré et compact, un portique frontal adossé et une couverture à deux eaux. Bien qu'elle soit de petite dimension, les éléments qui la compose sont décoratifs, elle possède une conception très propre, d'un niveau esthétique et de réalisation remarquable. Cette maison se trouve dans un coin, la parcelle est délimitée par la ligne du chemin de fer c'est-à-dire une largeur de 6.70 mètres et 8.95 mètre de longueur délimité par la rue Ferrer. La maison occupe une surface approximative de 30 m² et un intérieur composé au rez-de-chaussée par une chambre principale qui sert de salle à manger et un d'un petit bloc adossé qui contient la bain et la cuisine. Depuis cet endroit, on accède à l'étage où la grande chambre à coucher d’approximativement 12 m² se trouve, elle est utilisée par les quatre membre de la famille.

La structure est montée à partir des colonnes ou des fourches qui supportent les traditions en bois massif sur lesquelles reposent l'étage et le toit, ensemble ils forment un système de poutrelle et un plancher. Pour la couverture on a originellement utilisé la tuile de zinc, sur laquelle les autres tuile de fibres de ciment se sont placées récemment pour imperméabiliser. Les toits du portail et bloc humide sont aussi résolus par système de poutrelle, de plancher et de couverture de tuiles.

Les fermetures ou les murs se conforment à partir des poutres d'environ 25 cm de largeur, disposées dans le sens vertical avec des moulures dans les angles. Les poutres sont fixées à une structure parallèle et les montants reste exposer vers l'intérieur.

Etat actuel

La maison est marquée par les séquelles provoquées par le passage du temps, le manque d'attention et de maintenance systématique. Entre les transformation principales comme la disparition de l'escalier en bois original, du balcon de l'étage, de la grille en bois qui délimité la propriété. Dans le passé, quelques interventions ont été réalisées comme la maçonnerie du mur dans la zone de la salle de bain et de la cuisine. Les fenêtres latérales de l'étage ont été remplacées par les fenêtres actuelles de type Miami, qui bien qu'elles soient aussi en bois ne correspondent pas du tout à la conception initiale. Le reste de la charpente originale présente un grand niveau de détérioration. De la même manière, est arrivée la perte de quelques composants de la décorations de la façade, ainsi que l'une des fourches du portail.

Malgré la détérioration, on peut affirmer que la maison conserve toujours sa configuration et son image originale. Dans ce cas, les plus grandes agressions que la maison a subit sont arrivées dans son environnement immédiat, affectant en grande partie sa visibilité, sa confidentialité, et son concept de construction.

La construction d'une demeure, dans son moment indue, dans une aire de la parcelle de la rue Ferrer a résulté un impact négatif dans l'environnement. Cela s'est joint à l'emplacement de d'autres demeures limitrophes, construites de forme spontanée et par conséquent avec de pauvres ressources et factures. Finalement, les propriétaire ont réalisé quelques interventions pour garantir leur sécurité et pour améliorer les conditions de vie, entre ceux-ci on trouve l'enclos périmétral, des murs, des installations pour y déposer de l'eau, un élevage d'animaux ou pour d'autres usages. Dans tous les cas celles-ci ne sont pas très heureuses du point de vue esthétique et environnementale en raison qu'elles ont été exécutées avec les ressources disponibles qui sont très limitée.

*Les premiers tronçons du Chemin de fer de l'Ouest ont été tracés et exécuté sous la conduite de l'ingénieur français Julio Sagebien, la figure la plus célèbre dans le développement et la construction du chemin de fer à Cuba.

Conclusion

La construction possède une importance historique puisqu'elle constitue l'une de œuvres civiles les plus anciennes construites durant la période de la floraison du chemin de fer cubain.

La typologie de l'architecture et la singularité de la conception les distinguent de l'intérieur du centre historique et contribuent à enrichir le patrimoine de construction en bois du pays.

Il faudrait réaliser un diagnostique technique et détaillé ainsi qu'un projet spécialisé et respectueux de réhabilitation de valeurs patrimoniales.

La proposition d'intervention devra considérer des actions de qualification et un assainissement environnemental de l'environnement immédiat.












                                                                              Vous pouvez télécharger le projet complet ici (projet en espagnol)